Quelle recherche pour demain ? Nos valeurs et propositions

, popularité : 9%

Le gouvernement prépare de nouvelles mesures de « « « simplification de l’écosystème national de la recherche » » ».

La mission « Gillet » a auditionné les acteurs de la recherche pour préparer son rapport (sorti le 15 juin 2023 et accessible ici).

Durant cette mission, Sud-Recherche a été sollicité et a envoyé le document disponible ci-dessous dans "Documents Joints". Vous y trouverez les 10 grandes orientations que nous défendons :

[1] Une politique ambitieuse pour la création d’emplois permanents statutaires et des mesures pour rendre les carrières scientifiques et techniques attractives. Nous affirmons que la recherche est incompatible avec la précarité de l’emploi. Nous demandons un plan pluriannuel ambitieux pour l’emploi avec des postes et un plan de déblocage des carrières.

[2] Des services d’appui à la recherche travaillant directement avec la recherche. Nous nous opposons aux restructurations conduisant, sous couvert de rationalisation, à réunir ces personnels au sein de nouvelles structures externalisées, où les agentes sont transformées « en prestataires », avec une perte de sens du travail.

[3] Une organisation de la recherche basée sur les EPST et les Universités dont la complémentarité est un atout. Nous nous opposons au démantèlement des EPST que ce soit par des fusions forcées ou par leur dissolution dans des structures visant à les mettre au service d’intérêts politiques, économiques ou régionaux (comme les établissements publics expérimentaux).

[4] Une organisation du travail promouvant l’autogestion. Nous contestons la pertinence et l’efficacité des relations hiérarchiques autoritaires et œuvrons pour faire progresser les formes de démocratie (représentativité, participative, directe …).

[5] Une recherche basée sur la coopération et l’émulation où l’efficacité collective est bien plus que la somme des efficacités individuelles. Nous dénonçons la logique de compétition omniprésente qui dégrade les conditions de travail et les relations humaines, met à mal les structures de service public et in fine les résultats mêmes de recherche.

[6] Une recherche pensée comme un service public. Nous sommes ainsi opposées aux différents dispositifs « d’intéressement » (primes, start-ups, participations à la direction de sociétés privées, …).

[7] Un financement de la recherche publique par des fonds publics pérennes pour garantir l’indépendance de la recherche et la liberté académique. Nous ne pouvons admettre le système qui consiste à donner de l’argent public à des fondations pour que celles-ci financent la recherche publique sur les seuls thèmes qui intéressent les partenaires privés. Nous sommes pour la suppression de l’Agence Nationale de la Recherche et pour la redistribution des moyens sous forme de crédits récurrents pérennes.

[8] Un financement public dédié à la recherche publique. Nous condamnons la niche fiscale du crédit d’impôt recherche qui est un système inefficace pour la recherche, avec des finalités contraires à l’intérêt public et qui bénéficie à des entreprises aux profits colossaux (Total, l’Oréal, ou Sanofi …).

[9] Une recherche au service d’une connaissance orientée vers l’humain et la protection de l’environnement. Nous nous opposons aux mesures actuelles mettant la recherche publique au service de la compétitivité et des profits des entreprises privées, et nous mobilisons pour une recherche au service des citoyennes.

[10] Une recherche plurielle promouvant la diversité des champs de recherche dans le cadre d’une politique scientifique pensée au niveau national. Nous nous mobilisons contre les mesures organisationnelles visant à réduire cette diversité.

Si vous partagez ces valeurs, venez-nous rejoindre.
Contact : syndicat-sud@ined.fr

Message syndical Sud-Ined envoyé au personnel de l’Ined le 7 septembre 2023.

Navigation

AgendaTous les événements

mai 2024 :

Rien pour ce mois

avril 2024 | juin 2024